Changer la perception face à l’entrepreneurship dans notre propre cours

Cette semaine, le Québec et particulièrement la région de Montréal a été la proie d’une tempête de neige extraordinaire qui l’a plongée dans un immense chaos, notamment sur l’autoroute 13. Les médias en ont fait leur choux gras, et avec raison, en parlant allègrement du manque de leadership du MTQ dans cette affaire.

Cette tempête de neige aura donc des conséquences économiques positives pour les monts de ski alpin, la compétition internationale de ski de fond qui se tiendra à Québec ce week-end et pour les commerces en bordure des pistes de motoneige. D’un autre côté, cette tempête a aussi fait en sorte que beaucoup d’entreprises ont fermé leur porte de mardi PM jusqu’à jeudi matin (hier). Ça a donc occasionné beaucoup de pertes financière de ce côté.

Les entreprises qui font du commerce en ligne et dont les propriétaires travaillent de la maison sont donc ceux qui ont été le moins touché au niveau économique par cette tempête. Pour cette raison et pour des raisons de liberté, d’entrepreneurship et pour suivre la tendance mondiale, il serait souhaitables que plus de gens de Montréal et de partout au Québec soient propriétaires d’un commerce en ligne.

Certains diront qu’ils utilisent des plateformes comme Shopify et que ça a un succès moyen. À cette affirmation, je répondrai qu’un commerce électronique fonctionne bien lorsqu’il attire beaucoup de visiteurs web. Pour attirer des visiteurs web, il y a différentes façons comme les annonces Facebook, les photos sur Instagram et d’autres médias sociaux. Dans ces cas, vous leur montrer vos trucs et vous espérer qu’ils aient envie de les acheter.

Avec le référencement web naturel aussi connu sous les termes positionnement web ou SEO, il est possible que votre commerce électronique se retrouve sur la première page de Google pour des mots clés précis comme par exemple : « acheter une canne à pêche ». Ainsi, si votre commerce en ligne vend des cannes à pêches et que vous êtes le premier résultat de recherche sur Google pour ce mot clé, votre commerce en ligne sera très rentable.

L’avantage de ce type de commerce est qu’il occasionne moins de dépenses qu’un commerce qui a pignon sur rue et donc la rentabilité est plus facile à avoir. C’est donc bon pour les revenus de la population québécoise qui sont beaucoup trop faibles pour le moment. De plus ça permet à plusieurs québécois de réaliser un rêve soit, celui de se lancer en affaires car ils sont nombreux à le caresser et le frein principal à ce rêve est le manque d’argent dû aux gros investissements et à la rentabilité tardive avec lesquels riment entrepreneurship pour le moment. Un autre problèmes évité par les propriétaires de commerce électronique est le manque de main d’oeuvre.

C’est majeur car en ce moment, 31% des propriétaires de PME au Québec recommenderaient à un ami de se lancer en affaires. Comment voulez-vous créer de la richesse avec un tel problème? C’est un problème de société qui doit être adressé sinon, avec la pyramide des âges inversée, nous courons tout droit vers un mur.